Vous êtes une TPE/PME et souhaitez réduire vos Charges Fiscales ?
Vous êtes chef d’entreprise et souhaiter alléger votre IS ?
Facilitez vos recherches et démarches !

Mettez-vous en relation avec l’un de nos experts partenaires en Défiscalisation !







Découvrez comment fonctionne le crédit d’impôt

Le crédit d’impôt représente une aide prévue pour alléger les coûts des travaux d’économie d’énergie. Présentée sous forme d’avantage fiscal, son obtention est soumise à quelques conditions. L’utilité du crédit d’impôt est qu’il se traduit par une diminution du montant des taxes si l’on entreprend des travaux d’économie d’énergie. Cette solution fiscale touche les ouvrages accomplis dans les résidences principales des particuliers. Les crédits d’impôt sont également des mesures fiscales dédiées aux entreprises. Cette aide de l’État se manifeste en une mesure de soutien sur une action de développement qui a un impact non négligeable sur les comptes de la société.

Méthodes d’évaluation du crédit d’impôt

L’intérêt du crédit d’impôt consiste à soutenir un secteur d’activité, une action de développement ou alléger les charges sociales. Les entreprises bénéficient de cette somme, accordent en contrepartie par un investissement ou des dépenses particulières. Le montant accordé prend en compte la valeur des travaux cela signifie que le crédit reflète les efforts d’investissement de la société tout en manifestant les démarches de développement. Pour connaître l’application du crédit d’impôt, il existe des tailles d’entreprise et des secteurs d’activités propres à chaque aide financière. On peut également se référer à des catégories de dépenses éligibles.

Pour évaluer le coût accordé à un crédit d’impôt, il peut varier en fonction du nombre de salariés travaillant dans la société ou en prenant compte des pourcentages de certaines dépenses. Si les dépenses éligibles déterminent l’assiette de calcul, il faudra évaluer le montant du dispositif fiscal. Comme le crédit d’impôt est une créance provenant de l’État accordée aux entreprises, la somme générée est déduite du montant de l’impôt. Dans le cas où le montant du crédit dépasse le montant de l’impôt, la société perçoit un reversement de la différence des taxes.

Quels sont les intérêts du crédit d’impôt pour une entreprise ?

Contrairement aux réductions de taxes qui s’appliquent exclusivement aux compagnies qui paient l’impôt et dont le résultat est imposable, le crédit d’impôt concerne toutes les sociétés qu’importe le montant du résultat imposable ou le régime d’imposition. Certaines sociétés exonérées d’impôt peuvent également bénéficier de ce dispositif avantageux. Pour ces types de sociétés, l’intégralité du montant du crédit se transforme en créance de l’État qui constitue le remboursement.

Comment utiliser la créance des crédits d’impôt ?

L’État envisage une utilisation spécifique de l’excédent des crédits d’impôt obtenu par l’entreprise. Par exemple, le montant restant dû du Crédit d’Impôt Compétitivité et Emploi (CICE) et le Crédit d’Impôt Recherche (CIR) peut servir au paiement de l’impôt sur le revenu ou impôt sur les sociétés des 3 prochaines années d’activité. Sur un investissement d’une année, la compagnie répartit l’acquittement de l’impôt sur plusieurs années.

Les créances de CICE ou CIR peuvent également servir de nantissement ou garantie chez un établissement de crédit. Grâce à cette astuce, la société bénéficie d’un élément financier solide pour l’obtention d’un emprunt bancaire. Selon les directives bancaires internationales, les banques appliquent des contraintes supplémentaires dans le calcul des ratios d’endettement. Les compagnies qui bénéficient des créances de CIR ou de CICE pourront plus facilement négocier une nouvelle demande de prêt, car ces créances sont jugées plus crédibles.

Rappelons que ces 2 charges peuvent faire l’objet d’un remboursement immédiat. Cette fonctionnalité est valable pour certaines sociétés à savoir : les PME, les sociétés de moins de 2 ans, les Jeunes Entreprises Innovantes, les compagnies qui ont fait l’objet de procédure de conciliation ou de sauvegarde, redressement ou liquidation judiciaire.

En plus du CICE et CIR, il existe d’autres exemples de dettes. Citons : le crédit d’impôt apprentissage, crédit d’impôt pour formation de chefs d’entreprise, crédit d’impôt famille.

Dans la même thématique

Découvrez

NOS AUTRES Dossiers thématiques