Les meilleurs frais bancaires à négocier

Les services proposés par les banques sont pour la plupart payants. Les titulaires de comptes courants devront s’acquitter des frais de gestion de compte, commission pour l’utilisation des CB, payer les agios… Heureusement, en se renseignant auprès d’un conseiller, on constate que la banque peut proposer des remises ou accorder des facilitations.

Selon le rapport de Gérard Rameix en 2011 l’accès au financement de très petites entreprises atteint jusqu’à un pour cent du chiffre d’affaires d’une PME. Le délégué général du SDI rappelle que la banque est un prestataire de services classiques capable d’offrir à ses clients des négociations concernant de nombreux services. La qualité de la négociation varie selon le profil du client. Le nouveau client et ceux qui rencontrent des incidents récurrents ont une faible marge de négociation. La meilleure méthode pour réduire les coûts des prestations bancaires est de se munir d’une note d’information annuelle de la banque en prenant rendez-vous chez son conseiller. Ce document résume tous les frais bancaires réglés pendant une année ainsi que les détails des dépenses par catégorie de services ou de produits.

Dans le cas où les frais de tenue de gestion de compte avoisinent les 120 €, on ne doit pas hésiter à faire une négociation. Les commissions de mouvements peuvent être réduites de moitié surtout si ces frais coûtent cher. L’objectif des commissions de mouvements consiste à rémunérer les établissements financiers pour ses prestations. En parvenant à réduire le taux à 0,10 %, ces frais atteignent 50 € par trimestre.

Les commissions de la carte bancaire représentent le tiers du chiffre d’affaires d’un commerçant moyen. Le taux de ces frais bancaires varie de 0,5 % à 0,8 %. En parvenant à réduire les commissions de 0,1 point, on réalise d’importantes économies surtout si l’on effectue plusieurs opérations bancaires.

Les titulaires de comptes bancaires peuvent tenter une négociation importante sur les frais rattachés au service d’autorisation de découvert. Si l’entrepreneur a peu ou pas d’incident de paiement, il peut demander à son gestionnaire de comptes une baisse ou l’annulation des agios à titre commercial. La commission d’intervention et les frais d’arrêté de comptes trimestriels sont des frais relatifs au découvert bancaire.

Les conditions de crédit sont également négociables. Cette prestation est valable quand on souscrit un emprunt. Au moment où l’on souhaite emprunter de l’argent à la banque, le conseiller exige régulièrement des garanties afin de protéger l’établissement d’éventuelles défaillances de remboursement. La meilleure astuce est de demander à sa banque une caution simple rattachée à un montant contractuel déterminé au lieu d’une caution solidaire relative à la totalité du crédit.

Certes la souscription à un package de produits bancaires est économiquement avantageuse, pourtant si l’on a réellement besoin de 2 ou 3 prestations incluses dans le pack promotionnel, il est préférable d’opter pour des services à la carte. Cette précaution permet d’éviter d’augmenter inutilement ses dépenses. La négociation des tarifs bancaires se fait annuellement en prenant rendez-vous avec son conseiller.