Précision concernant l’achat d’un bureau

Trouver facilement des bureaux à acheter en consultant les offres de petites annonces en ligne. Les entrepreneurs peuvent faire l’acquisition de plusieurs types d’immobilier professionnel en faisant l’acquisition d’une boutique, hangars, bureau ou ferme agricole. Les catégories d’achat doivent répondre à des règles spécifiques tandis que les formalités pour acquérir des immobiliers commerciales dépendent de la nature du bien.

Les 2 catégories d’achats de bureau

L’acquisition d’un bureau peut se faire de 2 manières : au nom propre ou à travers une Société Civile Immobilière (SCI).

Qu’est-ce que l’achat de bureau en nom propre ?

Le principe d’une acquisition d’un bureau en nom propre se fait en achetant le bien à titre privé puis à le louer à une entreprise. Avec cette pratique, les locaux commerciaux sont distincts de patrimoine de l’entreprise. De plus, lors de difficultés financières les bureaux sont protégés. En optant pour ce mode d’acquisition, l’acheteur bénéficie de 2 avantages : celui de générer un revenu complémentaire pour rembourser ses emprunts et le fait de constituer un capital immobilier lors de sa retraite.

La base d’imposition sera plus importante et les loyers versés par la compagnie sont imposés dans la catégorie des revenus fonciers. Les impôts payés peuvent jouir d’un crédit d’impôt, celui de la défiscalisation de l’achat immobilier.

Quid de l’acquisition par une SCI ?

Comparée à un achat réalisé à titre privé, la création d’une SCI permet à l’acquéreur de s’associer à des partenaires lors de la transaction d’un bien immobilier. L’objectif est de pouvoir acheter un bureau en ayant un capital de départ limité. Ainsi, il faudra au préalable constituer une société civile immobilière. La SCI s’occupe d’acheter les bureaux et de les louer à l’entreprise. Elle s’occupe également d’encaisser les loyers.

Si l’acquisition du bureau par une SCI se fait par le biais d’un crédit immobilier, on peut déduire les intérêts d’emprunt revenu imposable de la SCI. La base d’imposition des associés augmente progressivement au fur et à mesure du remboursement de l’emprunt. Notons que les associés peuvent être des membres de sa famille lorsqu’il s’agit d’une SCI familiale ou des partenaires actifs ou non. Les loyers perçus par la SCI pourront servir à rembourser l’emprunt contracté au moment de l’achat du bien.

Ce mode d’achat présente quelques avantages fiscaux. Les intérêts de l’emprunt déductibles du revenu imposable permettent de réduire l’imposition des associés. Au bout de 15 années de détention, la revente des parts est exonérée d’impôt sur les plus-values immobilières à condition que la société civile choisisse l’IR. De ce fait, créer une SCI est un moyen de réfléchir sur la constitution d’un patrimoine plus facile à transmettre ou un immeuble en indivision. Les propriétaires de SCI pourront le céder progressivement sans avoir à s’acquitter de droits de succession.

Les formalités d’une acquisition d’un bureau

Malgré sa simplicité apparente, créer une SCI implique des formalités comptables et juridiques telles que la rédaction des statuts. C’est pour cette raison qu’il est recommandé de demander conseil à un expert-comptable si l’on envisage ce type de projet. L’achat de bureau en nom propre ou par SCI nécessite le respect de certaines formalités.

Le choix des locaux est important puisqu’il faut rechercher des locaux capables d’acquérir des activités professionnelles. Certains règlements interdisent par exemple les activités professionnelles réalisées dans des immeubles en copropriété. Lorsque l’on a trouvé l’emplacement idéal, il faudra contacter le propriétaire de l’agence immobilière mandatée afin de proposer une offre d’achat. Si la signature d’un compromis de vente permet de s’engager, la vente est validée qu’au moment de la signature de l’acte de vente.