Tout ce qu’il faut savoir sur l’endettement

Un endettement est une notion définissant l’ensemble des sommes que doit payer l’emprunteur. Il peut s’agir de différentes formes de crédit immobilier, travaux, auto/moto, renouvelable…

L’endettement inclut également des charges engagées telles que les factures, loyers, primes d’assurances, abonnements… ou des charges imposées à savoir la taxe d’habitation, impôt sur le revenu, taxe foncière… Cette situation marquée par l’accumulation de dettes est un système à double tranchant pour l’entreprise. D’une part, l’endettement permet à la société de se développer en faisant partie d’une stratégie d’optimisation fiscale. D’autre part, si l’endettement est mal maîtrisé, il représente un vrai danger pour la compagnie. En choisissant délibérément de s’endetter, les entreprises profitent des charges financières déductibles.

Endettement des sociétés

Si une entreprise qui souhaite se développer et que ses capitaux disponibles ne suffisent plus, elle dispose de nombreuses solutions pour financer ses charges courantes ou ses investissements. La société peut recourir à l’autofinancement, augmentation de capital ou aux procédures d’endettement. Si ces démarches sont bien encadrées, l’endettement peut servir comme dispositif d’optimisation fiscale et de gestion financière.

Quelles sont les différentes catégories de dettes ?

Une dette représente tous les emprunts bancaires et de manière plus générale, représente l’ensemble des montants que la compagnie doit rembourser dans l’exercice de ses fonctions. Il peut s’agir des dettes à court, moyen et long terme.

Les dettes à court terme ont pour but de couvrir les besoins en fonds de roulement ou l’activité opérationnelle. On distingue les dettes hors exploitation comme l’impôt sur les sociétés, les cotisations sociales…, les prêts bancaires ou les dettes d’exploitation par exemple les crédits fournisseurs. En ce qui concerne des dettes à moyen et long terme, leur but est de financer le cycle d’investissement. Il s’agit d’emprunts dont la durée de remboursement dépasse un an, les obligations…

Effet de levier et endettement

Avec un taux de rendement des investissements généralement supérieur au montant de la dette, le recours à l’endettement est un moyen pour augmenter les revenus d’exploitation ainsi que le rendement des capitaux de l’entreprise. Cette démarche avantageuse pour les entreprises endettées est un mécanisme baptisé effet de levier. Parallèlement aux avantages générés par l’effet de levier, le niveau de risque augmente chez les détenteurs du capital, le remboursement de la dette devient prioritaire concernant le versement des dividendes. Ce constat est d’autant plus important lorsque l’activité n’atteint pas la rentabilité envisagée.

Méthodes pour calculer l’endettement d’une société

Le calcul de l’endettement d’une société revient à estimer sa structure financière. Cela signifie que pour connaître l’endettement d’une compagnie, on doit évaluer la proportion des capitaux propres et les dettes de l’entreprise. Le taux d’endettement global et financier, ratio d’autonomie financière font partie des ratios utiles dans l’évaluation de l’endettement d’une société. La connaissance du niveau d’endettement d’une entreprise est très utile puisque l’indication permet de déterminer la solvabilité, la capacité d’emprunt et le niveau de dépendance vis-à-vis des prêteurs.

Endettement : un outil d’optimisation fiscale

La valeur des charges financières d’une compagnie indique le niveau d’endettement et sa politique de financement. En effet, en fonction de la valeur des charges financières, elles ont un grand impact sur le résultat imposable. Les charges financières comme les intérêts et assimilés sont déductibles en termes de fiscalité d’entreprise. Le recours à l’emprunt génère une réduction d’impôt grâce à la réduction de la base imposable appliquée sur l’impôt sur les sociétés. Depuis 2013, plus précisément l’application du durcissement de la loi des finances, la base imposable était déductible de 75 % sur les charges financières qui dépassent 3 millions d’euros. Quand elle est utilisée dans le but de réaliser des investissements, la dette génère des charges déductibles et allège la charge fiscale.

Dans la même thématique

Découvrez

NOS AUTRES