Colorants et additifs alimentaires autorisés par la réglementation européenne

Colorants et additifs alimentaires

Tous les additifs alimentaires utilisés par les acteurs de l’agroalimentaire sont obligatoirement identifiés par un code mis en place au niveau européen. C’est le cas depuis toujours. Cela a pour but d’assurer le suivi du produit afin d’identifier facilement sa catégorie. Il faut savoir que les réglementations européennes concernant le colorant alimentaire naturel font l’objet d’une réforme assez fréquemment. Découvrez ce qui a changé récemment.

Un additif alimentaire, de quoi s’agit-il ?

Les additifs désignent l’ensemble des substances ajoutées aux aliments afin d’améliorer leur conservation et de réduire le phénomène d’oxydation. On y fait recours également pour colorer les denrées et renforcer ainsi leur goût. Ces composants sont utilisés en petites quantités, mais ils sont évalués et surveillés strictement pour prévenir les éventuels effets néfastes sur la santé. Raison pour laquelle la réglementation européenne stipule fermement que leur emploi soit réglementé. Ainsi, leur présence doit être mentionnée impérativement sur le packaging des produits concernés.
À noter que différentes catégories d’additifs existent, mais les plus connus sont les colorants visant à rendre les aliments plus attirants en raison de leur couleur. Il y a aussi les édulcorants qui procurent la saveur sucrée et les conservateurs contribuant à la conservation et empêchant le développement de micro-organismes comme les moisissures les bactéries.
Il y a aussi les antioxydants dont l’utilisation sert principalement à éviter ou à ralentir l’oxydation provoquant le rancissement des matières grasses. Quant aux agents de texture, ils sont indispensables pour la présentation et la tenue. Trouvez ici plus d’informations sur le colorant alimentaire naturel.

Que dit la loi ?

En Europe, l’ajout des additifs dans les produits alimentaires est strictement réglementé. Il est vrai que ces substances ne sont pas formellement interdites, mais elles doivent répondre à certains critères stricts. Par exemple, un nouvel additif peut être utilisé seulement s’il a reçu l’avis de l’Autorité européenne de sécurité des aliments ou EFSA. L’autorisation et la consultation par le Comité permanent des végétaux et le Conseil et du Parlement européen sont aussi indispensables.
Ces substances doivent être publiées dans le règlement d’autorisation au Journal officiel de l’UE précisant ses modalités d’emploi. Pour les consommateurs, les additifs ajoutés dans un produit alimentaire doivent obligatoirement être mentionnés sur le packaging. Cette mention doit être claire et facile à comprendre par les clients.
Par ailleurs, ces additifs sont identifiés obligatoirement par un code fixé au niveau européen. Tout cela est dans le but de protéger les consommateurs et éviter les éventuelles intoxications alimentaires.

Quels sont les nouveaux additifs autorisés ?

Dans un but de contrôler autant que possible la qualité des aliments, l’utilisation des additifs et des colorants alimentaires est sujette à des règles strictes. Par ailleurs, plusieurs campagnes de contrôles sont organisées incluant notamment l’inspection des entreprises dans le domaine de l’agroalimentaire. Ces contrôles ont aussi pour objectif d’analyser les produits alimentaires, que ce soit les produits d’origine non-animale ou les produits d’origine animale.
Étant donné que les additifs alimentaires sont utilisés pour une fin technologique, rien de plus normal s’ils doivent être clairement signalés avec une mention précisée de la catégorie fonctionnelle devant le nom. On parle ici notamment du numéro E fixé par la norme européenne. Par exemple, en indiquant les ingrédients, on écrit colorant E120. Dans ce sens, les acteurs majeurs de ce secteur doivent obtenir un certificat sanitaire pour pouvoir produire et vendre des produits alimentaires où les additifs alimentaires sont réellement respectés.
En ce qui concerne les nouveaux additifs nouvellement autorisés, il y a les conservateurs de type éthyl lauroyl arginate ou E 243, les édulcorants comme les glycosides de stéviol E 960, les émulsifiants, les poudres à lever E 450 ix, les stabilisants tels que la polyaspartate de potassium E 456 ainsi que les agents d’enrobage de compléments alimentaires.