Devenir formateur en 2021 : mode d’emploi

formateur

La crise liée au coronavirus a bouleversé le monde professionnel, si bien que formation et reconversion professionnelle sont plus d’actualité que jamais. Si vous envisagez de devenir formateur, voici tout ce que vous devez savoir.

Devenir formateur : pourquoi, pour qui ?

La montée en compétences et la capacité d’adaptation au marché font de la formation continue une composante incontournable de la vie professionnelle d’aujourd’hui. Non seulement le domaine est très porteur en matière d’emploi, mais il est surtout l’opportunité de donner un nouvel élan à votre carrière, en plus de celle de vos futurs apprenants. En effet, quoi de mieux que mettre à profit votre expérience pour former des personnes motivées et les accompagner dans leur projet professionnel ?

Pour cela, vous aurez à mettre en place des actions concrètes de formation, mener des bilans de compétences, ou encore valider les acquis de l’expérience.Vous pourrez œuvrer dans le public, dans le privé, pour le compte d’une entreprise ou en indépendant. Votre public pourra se composer aussi bien de salariés que de demandeurs d’emploi, de novices ou bien de profils en recherche de perfectionnement.

Aucun diplôme spécifique n’est requis pour devenir formateur indépendant. Mais la pédagogie et les méthodes ne s’improvisent pas et des formations peuvent justement vous donner toutes les clefs pour mieux vous guider dans votre métier et dans la gestion de votre activité. Par ailleurs, si vous êtes salarié, un Bac +3 (du domaine enseigné) a minima sera obligatoire.

Par exemple, pour devenir formateur au sein d’un centre de formation des apprentis (CFA), vous devrez :

  • posséder un diplôme au moins équivalent à celui que vous souhaitez enseigner,
  • justifier de plusieurs années d’expérience professionnelle,
  • avoir encadré du personnel ou un apprenti.

Quel statut choisir pour devenir formateur indépendant ?

Vous aurez la possibilité de choisir entre trois statuts :

  • Autoentrepreneur : simplicité et liberté, mais chiffre d’affaires plafonné.
  • Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) : chiffre d’affaires déplafonné, mais plus complexe et coûteux.
  • Portage salarial : davantage de charges, mais plus de simplicité et les avantages de l’entreprise.

Quelles qualités et actions pour réussir en tant que formateur ?

Rappelons quelques règles de base pour mener au mieux votre métier de formateur :

  1. Être pédagogue
  2. Connaître son audience
  3. Être expert dans son domaine
  4. Suivre les nouvelles réglementations
  5. Se former de son côté
  6. Savoir s’adapter et varier les outils pédagogiques
  7. Être disponible auprès des stagiaires
  8. Faire preuve de bienveillance, de patience et d’enthousiasme
  9. Développer son réseau

Quelles procédures pour lancer votre activité de formateur ?

Enregistrer votre activité

Avant de vous lancer, il vous faudra enregistrer votre organisme à l’URSSAF et déclarer votre activité à la Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (Dreets) dans un délai de trois mois à compter du jour de la signature de votre première convention.

Vous devrez accompagner votre déclaration des pièces justificatives suivantes :

  • la présentation détaillée de votre formation (contenu, programme, diplôme ou attestation obtenus par les apprenants, durée, lieu, dates, tarifs…),
  • la copie de la première convention de formation professionnelle signée avec un client,
  • l’original du bulletin numéro 3 de votre casier judiciaire pour prouver que vous êtes vierge de tout antécédent,
  • une copie de votre enregistrement auprès de l’URSSAF.

Rendre vos formations éligibles aux aides de financement

À partir du 1er janvier 2022, vous devrez justifier de la certification Qualiopi afin que vos clients puissent bénéficier d’aides publiques ou mutualisées. Le financement de vos apprenants, via le CPF notamment, est incontournable et vous devrez donc concentrer vos efforts pour satisfaire les nouveaux standards de qualité exigés par la loi Avenir professionnel. Promulgué en septembre 2018, ce texte a en effet décidé de conditionner l’éligibilité des formations au respect du Référentiel National de Certification Qualité. Pour cela, vous devrez vous soumettre à des audits : un initial, un de suivi et enfin un tous les 3 ans pour renouveler votre certification.

 

Vous avez désormais les cartes en main pour préparer au mieux votre avenir professionnel. Soyez confiant en votre expérience, soignez votre sens de la pédagogie et n’oubliez pas de préparer votre certification qualité pour l’année prochaine : vous verrez que ce nouveau passage obligé vous aidera à cadrer votre activité dès le départ.