Tutoriel pour ouvrir un compte en banque professionnel

Les créateurs de sociétés de statut EURL, SAS, SA, SARL… doivent obligatoirement disposer d’un compte bancaire professionnel au nom de leur entreprise. Les auto-entrepreneurs ne sont pas obligés d’ouvrir un compte professionnel.

Ils doivent depuis janvier 2015 disposer d’un compte réservé exclusivement à leur activité pour séparer les transactions professionnelles et privées pour qu’il n’y ait pas de confusions comptables et fiscales. Selon Cica Pedro, l’ouverture d’un compte professionnel pour une société est indispensable puisque les établissements financiers disposent d’une gamme de services adaptés à la gestion d’une société.

Normalement les banques proposent des packs avantageux incluant plusieurs moyens de paiement, autorisations de découvert et des services de gestion. Ces offres de base coûtent entre 25 et 40 €/mois. Il vaut mieux comparer les prestations en lisant attentivement la grille tarifaire des opérations puisque le coût des services change d’une banque à l’autre. Les prestations sont adaptées à des besoins spécifiques tels que l’acquisition des cartes bancaires internationales, le paiement en ligne sécurisée ou encore des virements à l’étranger…

Lorsque l’on souhaite ouvrir un compte bancaire professionnel, il est recommandé de choisir un établissement financier proche de sa société. Grâce à cette proximité géographique, un conseiller peut assister l’entrepreneur en proposant des solutions adaptées à ses besoins financiers. Notons qu’une banque a le droit de refuser l’ouverture d’un compte professionnel sans avoir à présenter ses motifs. Elle peut toutefois envoyer par écrit l’attestation de refus. Ce document permettra au client de demander de l’aide à la Banque de France afin de simplifier l’ouverture du compte.

Différentes étapes permettant d’ouvrir un compte professionnel

On commence par choisir la banque en comparant les différentes prestations ainsi que les coûts des services. On effectue son premier versement, celui du montant du capital social. Le banquier remet une attestation de dépôt de capital qui servira pour l’immatriculation de l’entreprise au Centre de formalités des entreprises. Il faudra désormais attendre que le tribunal de commerce envoie l’extrait Kbis après l’immatriculation. Avant de commencer à réaliser les premières opérations financières, les créateurs de sociétés doivent débloquer le capital en déposant chez leur banquier un dossier composé de différents éléments comme le Kbis, le bail commercial, les statuts… Cette démarche a pour objectif d’alimenter le capital social dans le nouveau compte.

Un conseil, il faut être particulièrement vigilant concernant les frais cachés. Certains établissements bancaires prélèvent des frais importants sur les frais de commission relatifs aux opérations de virements.