5 choses à savoir sur le business des pharmacies

pharmacies

Ces dernières années, la cession des fonds de commerce d’officine sont légion sur le marché. Une situation qui est due, en partie, à de la retraite et aux réformes concernant l’assurance-maladie. Depuis le début des années 2000, les officines avaient perdu environ 17 % de leur part de marché. Cette déchéance ne cesse de baisser étant donné que le secteur est fortement concurrencé par la vente en ligne et les fameux remèdes naturels. Dans tous les cas, ceux qui désirent vendre ou acheter une officine doivent connaître la réalité et ne doivent pas se faire duper par les chiffres d’affaires (CA) qui peuvent augmenter en période de crise sanitaire.

Combien coûte une officine ?

Déterminer le prix de vente d’une officine de pharmacie ne relève pas du hasard ou de l’attachement que peut porter une personne pour son affaire. Le propriétaire doit constamment garder à l’esprit qu’il est question, avant tout, d’un fonds de commerce. Dans ce cas, sont inclus dans l’offre, les marchandises, les contrats avec les fournisseurs, les acheteurs et le personnel, mais également les locaux ou le contrat de bail ainsi que la clientèle.
Généralement, après une étude approfondie sur la valeur du fonds de commerce et de son emplacement, le prix de vente d’une pharmacie se situe entre 60 % et 120 % du chiffre d’affaires annuel. En moyenne, ce montant tourne généralement autour de 1 500 000 €.

Si l’acheteur remplit l’ensemble des conditions pour acheter une pharmacie, normalement, les banques ne rechignent pas à débloquer un prêt. À part les chiffres d’affaires, la capacité de remboursement, donc le résultat d’exploitation, peut également servir de référence. La comparaison avec le prix de vente d’autres transactions de même genre et de même nature est également possible. Cette dernière est tout de même risquée puisque aucune officine ne se ressemble.

Les locaux et l’emplacement, des points à suivre de près

Deux points sont à examiner de près en matière de locaux pour les officines. Identifier si la cession comporte un acte de propriété ou un contrat de bail est le premier élément à vérifier. L’état du bâtiment et de ses dépendances est à prendre en compte, au risque de se perdre dans des frais de réparation exorbitants après l’installation. Pour un bail, les points sur son renouvellement et les conditions de cession sont aussi à voir de près. L’emplacement compte énormément dans le prix de vente et il comprend l’accessibilité, les places de parking, et même la disposition des locaux. Ces points importants permettent de fidéliser les clients. Une petite pharmacie faisant 1 000 000 € de chiffre d’affaires, mais proche d’un hôpital par exemple peut faire plus de marge en cas de cession qu’une officine dans un endroit moins bien placé, même avec un CA plus élevé.

Le Conseil Régional de l’Ordre des Pharmaciens, un passage obligatoire

Contrairement aux autres types de commerce, pour valider l’achat, la vente ou la création d’une officine, le passage devant le Conseil Régional de l’Ordre de Pharmaciens est obligatoire selon l’article L5125-16 du CSP (Code de la santé publique). Même en cas de donation, la déclaration comme quoi l’établissement a changé de propriétaire est obligatoire. Pour l’ouverture d’une ancienne nouvellement créée, l’autorisation est validée seulement après l’évaluation du nombre de pharmacies déjà présentes dans la région ou dans le département par rapport au nombre d’habitants.
Muni de sa promesse de vente dûment signée, le nouveau propriétaire doit déclarer l’achat d’une pharmacie. Ce document doit être accompagné d’un formulaire fourni par le CROP et d’autres documents dont le plus important est le diplôme de docteur en pharmacie. Selon la règlementation en vigueur, les dossiers qui ne sont pas complets ne sont pas considérés.

La signature du compromis de vente, une étape importante

Le compromis de vente est un point-clé dans la transmission de pharmacie. Le document sera fourni en même temps que l’ensemble du dossier au CROP. À noter qu’une promesse unilatérale de vente est possible, mais n’a pas de valeur pour la déclaration. Dans ce compromis figurent, entre autres, les informations sur les deux parties ainsi que le prix de cession, les conditions suspensives et de vente.

Des acheteurs à choisir avec soin

D’un point de vue strictement administratif, l’acheteur doit disposer de toutes les accréditations et des compétences nécessaires pour reprendre une telle affaire. Devenir pharmacien signifie également être prêt à s’enregistrer au registre de commerce puisque une fois en place, il va avoir le statut de commerçant. Par conséquent, le nouveau propriétaire doit s’acquitter des impôts inhérents à son activité et à sa position. La personne qui vend a également droit de regard sur l’état de santé des acquéreurs, de leur situation juridique et de la raison qui les pousse à s’intéresser à son affaire. Dans tous les cas, ce dernier a le droit de refuser de faire affaire avec les acheteurs qui ne lui conviennent pas.