Comment survivre face à un leader toxique ?

Heureusement, de nos jours, la situation du travail n’est pas aussi probante qu’à l’époque du grand penseur… du moins dans la plupart des régions de la planète. Et pourtant, la figure du patron toxique est de plus en plus présente dans le panorama actuel. De quoi parle-t-on quand on parle du chef des drogués ? Ces gens qui ont du pouvoir et qui pensent avoir un droit sur nous. Des gens qui se croient supérieurs dans n’importe quelle situation et qui utilisent toutes sortes de ressources, parfois peu légitimes, pour garder le contrôle sur leurs employés. Lorsque nous parlons de dirigeants toxiques, nous faisons référence à des dirigeants injustes qui peuvent même nous amener à haïr la profession que nous aimions. Bien qu’elles puissent nous faire perdre le sommeil, ces personnes ont aussi des faiblesses. Aujourd’hui, nous allons vous montrer lesquels.

Qu’est-ce qu’un leader toxique ?

Le management toxique représente le côté obscur du leadership : il est nuisible pour les individus autant que pour les organisations. Dans le cas des individus, ce qu’on appelle leadership toxique fait référence à des actions intentionnelles, délibérées la flèche d’un chef sapant la dignité, l’estime de soi et l’efficacité d’individus, le poison. Ces éléments créent des conditions de travail destructrices, dévalorisantes et dégradantes. Ces actions nocives peuvent avoir des conséquences physiques, psychosociales ou plus profondes quand elles mettent en cause le rôle et les valeurs d’une personne. Une organisation toxique est celle qui érode, désactive et détruit le bien-être physiologique, psychologique et moral des personnes qui y travaillent de façon permanente et délibérée. En d’autres termes, une organisation peut devenir métaphoriquement une pilule empoisonnée pour les employés. Le harcèlement au travail est du même ordre que le leadership toxique, il en est une des formes. Le harcèlement est davantage centré sur des brimades, pressions et menaces d’une personne sur une autre. Par contre, le leadership authentique entretient et consolide la dignité, la valeur et l’efficacité d’un individu. Il crée des conditions de travail favorisant l’autonomie et le développement personnel. Une organisation saine nourrit et développe le bien-être physiologique, psychosocial et moral de l’ensemble de ses membres.

Les dirigeants toxiques peuvent-ils être compétents ?

La toxicité et l’incompétence ne sont pas directement liées. Le leadership compétent, qui obtient les résultats souhaités comme le leadership incompétent peuvent être toxiques. Si l’on utilise une définition plus étroite de la compétence se concentrant uniquement sur les compétences techniques et professionnelles, un leader toxique peut être considéré comme compétent parce qu’il délivre un résultat. Cela est particulièrement vrai dans une vision à court terme. Mais sur le long terme ces succès ne tiennent pas. Tout simplement parce que le leader toxique, ce faisant, détruit ses équipes, son service ou son organisation. Si l’on adopte une vue globale et à long terme les dirigeants toxiques sont effectivement incompétents, car ils ne maîtrisent pas tous les domaines que met en œuvre un véritable leader. Dans une perspective large, les qualités de vrai leadership comprennent des caractéristiques personnelles, des compétences techniques et professionnelles, mais aussi des valeurs, des attitudes et des comportements. Les dirigeants toxiques, indépendamment de leur niveau de connaissances techniques et professionnelles, sont au fond incompétents. Car la compétence d’un leader a à voir surtout avec sa capacité de faire avancer les choses avec les gens qu’il dirige.

Dirigeants toxiques typiques

On peut distinguer cinq types de dirigeants toxiques :

  • Le Poisson froid : pour lui la fin justifie les moyens. Toute décision, toute action est justifiée par les résultats souhaités.

  • Le Serpent : le monde me sert dans l’effort pour satisfaire mes besoins personnels comme la cupidité, le statut et le pouvoir.

  • Le Chercheur de gloire : la gloire personnelle et la visibilité publique à tout prix, peu importe si j’ai apporté ou non une contribution réelle et significative.

  • Le Marionnettiste : le contrôle absolu, centralisé sur tout et tout le monde, dans toutes les circonstances.

  • Le Monarque : il  règne sur l’organisation comme si elle était son royaume. Tous les moyens de l’organisation sont à mon service personnel.

Plus ces managers toxiques prolifèrent dans une organisation, plus l’organisation elle-même devient toxique.

Les différents types de déchets toxiques

La première chose à faire est d’établir les catégories de têtes toxiques que l’on peut rencontrer. En démontrant que nous pouvons les identifier immédiatement, nous pouvons mettre fin à leur influence négative. Pour cela, nous nous appuierons sur le livre de l’écrivain Vijay Nair : le patron n’est pas votre ami. Vijay Nair charge son travail d’une puissante dose d’humour, sans pour autant lui ôter sa rigueur. L’auteur fait une analyse précise des types de dirigeants les plus déplorables de l’organigramme des entreprises indiennes, et nous avons pris ses mots comme point de départ parce que nous pensons que le fait de rire d’eux peut nous aider à digérer certaines situations.

– Le chef de carrière

Selon Nair, il existe 5 grandes catégories de capitossiens, dont la plus curieuse et la plus courante est le chef carriériste. Ce personnage est difficile à identifier, car il a l’habitude de s’approprier les bonnes idées des autres. Mais ce n’est pas tout : en plus de masquer son incapacité, il a tendance à blâmer ses employés pour ses propres erreurs et son inefficacité.

– Le patron peu sûr

Un autre leader toxique est le superviseur peu sûr. Ce leader est toujours à la recherche d’un cercle d’alliés pour le suivre et le soutenir à tout moment. Il se sert de ses partisans pour contrôler l’environnement de travail car il a peur que ses employés se retournent contre lui à tout moment.

– Le bourreau de travail ou le fainéant

Nous voyons maintenant deux sortes de leaders toxiques occuper ensemble les deux pôles opposés du même. D’un côté, nous avons le bourreau de travail, un personnage qui n’a pas de vie en dehors du bureau et qui attend la même chose de ses employés. De l’autre côté, nous avons le paresseux, celui qui attend constamment que vous fassiez votre part et aussi la sienne.

– L’arrogante

Enfin, il existe un cinquième type de leader toxique et il est parmi les plus courants, à savoir le leader autoritaire et arrogant. Il est presque impossible d’entendre des gens de ce calibre s’excuser, ils n’ont jamais tort. De plus, ils ont tendance à ne pas écouter qui que ce soit en dehors d’eux-mêmes.

Comment combattre un leader toxique ?

Nous avons fait le premier pas : nous avons maintenant toutes les informations nécessaires pour identifier un patron toxique. Cette étape est en effet fondamentale pour comprendre comment traiter ces profils. Que pouvons-nous faire pour éviter de nous impliquer directement et personnellement ?