Les 5 étapes d’une restructuration d’entreprise

restructuration d'entreprise

La restructuration d’une entreprise n’est pas toujours facile à gérer. Mais, généralement, cette solution s’impose pour sauver ou améliorer la situation des entreprises. Les raisons d’une restructuration peuvent être de différents ordres : humain, financier ou opérationnel. Dans cet article, on fait la lumière sur les étapes à suivre pour réussir ce processus.

1. La phase d’éveil ou la prise de conscience

La restructuration d’une entreprise est un processus très important dans la vie d’une société parce qu’elle a des implications sur la structure même de cette dernière. Le lancement d’une restructuration doit permettre à l’entreprise de traverser la situation difficile qu’elle traverse. Il faut donc s’assurer que ce processus est nécessaire et c’est à cela que sert la phase d’éveil. La phase d’éveil est une étape qui va permettre aux dirigeants de faire le point sur l’organisation stratégique et les caractéristiques organisationnelles de l’entreprise. Ce travail préalable va aider le comité de direction à prendre conscience et à comprendre la nécessité de mutation de la société. Il s’agit d’une sorte d’audit général pour constater le déséquilibre entre l’environnement et la structure de l’entreprise.

Cet audit doit être réalisé avec un certain recul, de l’impartialité et du pragmatisme, car la mise en place d’une restructuration peut entrainer la prise de décisions lourdes et difficiles. Ces dernières sont d’autant plus délicates lorsque le chef d’entreprise est impliqué émotionnellement parce qu’il manque de discernement. C’est pour cela qu’il est recommandé de faire appel à des personnes externes pour la conduite du changementSeul un cabinet de management de transition est habilité à mener une restructuration d’entreprise. Le manager de transition issu de ce cabinet est un expert qui se chargera de réaliser une analyse globale, rapide et impartiale de la société.

2. La phase de communication

Dès lors que l’analyse prouve la nécessité de restructurer, l’entreprise doit communiquer la mise en place de ce processus auprès de ses salariés et de ses collaborateurs externes (clients, prestataires, fournisseurs…). La restructuration d’entreprise peut déclencher un vent de panique et avoir un impact émotionnel très important sur les salariés. Elle peut susciter des inquiétudes, de la surprise, des craintes et même de la violence. Il est donc nécessaire de communiquer et d’être transparent sur la restructuration et ses avantages pour la société afin de créer un sentiment positif à son égard. Une franche coopération de tous les acteurs impliqués est un élément indispensable à la réussite d’une procédure de restructuration.

3. La phase de déconstruction ou de désintégration

La restructuration d’une entreprise conduit à la mise en place d’un nouveau modèle de structure. La mise en place de cette dernière passe donc par une étape de transition ou de désintégration du modèle en place. Durant cette phase, tous les modèles qui ont été identifiés comme non pertinents ou obsolètes doivent disparaître. La restructuration mène à une modification profonde de la structure de la société. C’est une période anxiogène pour les employés, car ces derniers voient leurs repères être détruits. La déconstruction peut créer une séparation entre les employés et donner naissance à différents groupes de salariés : les enthousiastes, les soumis et les contestataires. Il est important de ne pas négliger cette classification entre les travailleurs et y apporter des réponses appropriées. La phase de déconstruction arrive à son terme lorsque tous les anciens modèles ont été détruits ou remplacés.

4. La phase de reconstruction

La reconstruction vient ensuite pour permettre l’établissement et la mise en place des nouveaux modèles organisationnels de l’entreprise. Cependant, ces derniers ne doivent être mis en œuvre qu’après avoir été affinés. Le nouveau modèle organisationnel doit être implémenté à tous les niveaux de l’entreprise : la direction générale, le mode de management, l’efficacité opérationnelle, la réorganisation des services… Par ailleurs, la restructuration permet de préciser :

  • la définition des fonctions et leur distribution dans la société
  • le système hiérarchique
  • les compétences techniques et humaines requises pour chaque poste
  • les licenciements éventuels
  • les actions à mener pour améliorer la rentabilité de l’organisation…

Un suivi régulier des performances et une évaluation du bien-être et de l’engagement des équipes doivent être réalisés afin de les aider à prendre leurs marques. C’est pour cela que la phase de reconstruction est aussi une période d’adaptation pour les salariés.

5. La phase d’intégration et d’ajustement

Elle marque l’ancrage de la nouvelle organisation de l’entreprise. Mais l’implantation du nouveau modèle peut ne pas répondre à vos objectifs et dans ce cas, il faudra faire des ajustements. Cette étape est un prolongement de la précédente et par conséquent, les phases de restructuration et d’intégration peuvent s’étaler sur une longue période.