Stress et anxiété au travail : comment les maîtriser ?

Du nouvel employé au patron de haut niveau, tout le monde veut savoir comment contrôler l’anxiété au travail et avoir une meilleure qualité  dans l’environnement où il passe la plus grande partie de sa journée.

Mais entre le but et la réalité, il y a un chemin d’épreuves qui ajoute des sentiments plus confus.

Prenez l’exemple de cette importante réunion pour donner ou recevoir un retour d’information. Le défi consiste à gagner les secondes de l’horloge qui semblent une éternité et qui empêchent ce moment d’arriver.

Elle a aussi la main tremblante qui précède les moments de la signature du contrat le plus important de l’histoire de l’entreprise.

Ou ce communiqué qui doit être fait à l’équipe, lui donnant des nouvelles négatives mais nécessaires.

Quelle que soit la situation, savoir le maîtriser et surmonter l’agitation sont des attitudes fondamentales pour un environnement de travail sain.

Mais les réflexes sont aussi personnels car la maîtrise de ses propres émotions assure des nuits de sommeil plus calmes, permet de sauver ses ongles et d’éviter quelques poils gris de trop.

Et c’est dans cette tentative d’apprendre à contrôler l’anxiété et la nervosité que tout semble avoir sa place.

Si vous avez déjà ressenti cette fameuse grippe intestinale au travail, vous voudrez bien consulter les astuces offertes par cet article.

Qu’est-ce que l’anxiété et le stress au travail ?

Présente quotidiennement, de plus en plus de professionnel, l’anxiété est un trouble marqué par l’inquiétude et la peur de manière extrême, qui apparaît dans l’accomplissement des tâches les plus simples de la routine.

Mais si ce sentiment peut se manifester de manière inoffensive pour de nombreuses personnes, il y a des cas où l’intensité est si grande qu’elle donne lieu à certains symptômes physiques.

Il est donc essentiel d’être conscient des premiers signes d’anxiété afin de pouvoir mieux y faire face.

Croyez que cela peut être le point de départ de situations très graves telles que l’épuisement mental, la dépression et même des maladies psychosomatiques comme la gastrite, les ulcères, la colite, la tachycardie, l’hypertension, les maux de tête et même les allergies.

Donc, avant d’apprendre à contrôler l’anxiété au travail, pensez à vous concentrer sur la prévention.

Commencez par comprendre l’importance de cette démarche.

Pourquoi est-il important de contrôler l’anxiété et le stress ?

Comme vous l’avez vu, lorsque l’anxiété n’est pas traité correctement, ils finissent par devenir un problème capable de générer de graves troubles de santé.

En conséquence, non seulement les performances professionnelles sont affectées, mais aussi la vie sociale et personnelle de ceux qui souffrent de ces symptômes.

Vous connaissez cette excuse selon laquelle quelqu’un ne s’inquiète que trop d’un projet au travail, mais que cela passera bientôt ? Ne vous arrêtez pas là.

Le travail ne doit pas être synonyme d’inquiétude. Si cela est devenu une routine pour vous, il est peut-être plus que temps de revoir vos mauvaises habitudes.

N’oubliez pas que votre santé doit passer avant tout.

En cas de doute, arrêtez-vous une seconde, prenez une gpause. Répétez le processus aussi souvent que nécessaire.

Qu’est-ce que la crise d’angoisse ?

C’est une version plus douce du problème, bien que non inoffensive, surtout à moyen et long terme.

La situation s’aggrave avec la crise dite d’angoisse.

Elle se définit par un sentiment d’angoisse et d’insécurité si grand qu’il laisse l’individu hors de contrôle. Il croit vraiment que quelque chose de très mauvais est sur le point de lui arriver ou d’arriver à ses proches.

Dans l’environnement de travail, une telle crise rend tout simplement impossible l’accomplissement de toute tâche.

Elle est incapacitante, même si son effet est limité.

Lorsqu’une crise d’anxiété se déclenche, vous pouvez essayer d’organiser vos pensées rapidement et éviter de penser au pire.

L’important est de faire tout ce qui est possible pour éviter que la panique ne s’installe.

Mais comme ce n’est pas toujours possible, il vaut la peine de le répéter : essayez de vous concentrer sur une approche préventive, qui inclut l’identification de la cause du problème.

Causes et symptômes de l’anxiété au travail

Savoir comment lutter contre l’anxiété dans l’environnement professionnel est aussi vital que d’essayer de l’éviter.

Par conséquent, il est important de faire le lien avec les causes possibles de la manifestation.

Des délais courts, la réalisation d’objectifs souvent irréalistes, la désorganisation, la surcharge, le manque de reconnaissance et une forte compétitivité sont quelques-uns des facteurs de motivation possibles de la maladie.

Il est également essentiel d’être conscient de certains symptômes qui peuvent survenir.

Si vous constatez que certains de ces symptômes apparaissent simultanément et de façon brutale, n’hésitez pas à consulter un médecin.

Tout comme pour la partie physique, avec la santé mentale, on ne plaisante pas.

Comment contrôler l’anxiété et la nervosité au travail ?

Nervosité, et anxiété.

Différentes versions d’un même problème, qui varient dans l’intensité avec laquelle elles se manifestent.

Quoi qu’il en soit, c’est un sujet qui demande de l’attention.

Compte tenu de leur sérieux, de nombreuses organisations ont commencé à revoir leurs méthodes de production, afin de laisser l’environnement de l’entreprise plus léger et accueillant, sans excès.

C’est très bien lorsque l’entreprise s’approprie le problème, mais cela n’élimine pas sa responsabilité dans les différent méthode.

Le changement doit aussi venir de vous, en changeant les mauvaises habitudes maintenues dans la routine.

Vous voulez savoir comment ? Découvrez quelques conseil et aussi methode utile qui peuvent vous aider à contrôler votre anxiété et à réduire votre stress et votre nervosité.

1. Découvrez votre source de problème

La première étape pour contrôler ce mal est d’en identifier les causes.

Pour ce faire, vous devez examiner de près vos habitudes, vos attitudes et vos excuses. Se concentrer sur les questions de comportement.

Parfois, même involontairement, vous pouvez ignorer les sentiments, les pensées ou les comportements qui sont la cause de problème comportemental.

Par exemple, vous pouvez toujours être préoccupé par la brièveté des délais d’exécution de vos tâches, mais vous ne reconnaissez pas que c’est votre retard dans l’exécution des activités et non les exigences du travail.

2. Gardez votre environnement organisé

Il n’y a rien de plus stressant que de travailler dans un bureau désorganisé, où l’on ne trouve rien.

Vous savez, cette table pleine de papiers que vous regardez sans même savoir par où commencer ? Oui, cela ne vous aide certainement pas à surmonter votre anxiété.

C’est pourquoi il est essentiel que vous fassiez ce que vous pouvez pour au moins maintenir votre environnement de travail organisé.

Pour commencer, mettez la table et créez un lieu harmonieux et accueillant pour développer vos idées.

Si votre entreprise le permet, décorez votre bureau avec des objets qui vous font du bien. Cela vaut des photos de votre famille, un symbole religieux, une pierre de votre signe, de l’encens.

Quoi qu’il en soit, l’important est le sentiment de tranquillité et d’accueil.

Ces attitudes peuvent sembler petites, mais c’est à partir d’elles que les véritables changements se produisent.

3. établir des priorités

Avec un environnement plus organisé, vous êtes prêt à passer à l’étape suivante : établir des priorités au travail.

Si vous faites le genre de choses qui se perdent dans tant d’activités, il est temps de planifier et d’organiser les tâches qui doivent être accomplies.

Lorsque les priorités ne sont pas fixées et que tout est laissé à la dernière heure, l’anxiété devient encore plus forte.

L’astuce consiste à organiser vos affaires dans un ordre qui vous semble logique.

Exemple : tâches importantes, circonstancielles ou d’urgence. Il est ainsi plus facile de savoir ce qu’il faut faire en premier et ce qu’il est possible de faire en dernier.

Il est utile d’utiliser dans cet exercice un outil administratif puissant, la matrice GUT.

Un autre conseil précieux est d’estimer le temps nécessaire pour chaque tâche. Ainsi, vous n’inscrivez pas à votre agenda plus d’engagements que vous n’êtes en mesure de gérer.

Afin de disposer d’une marge de sécurité et de pouvoir faire face à tout imprévu, estimez chaque période avec quelques reliquats.

Avant de commencer une nouvelle semaine, prenez le temps de planifier les jours à venir avec tout le calme qu’ils exigent.

4. Se concentrer sur vous

Si vous luttez déjà pour affronter à votre angoisse, imaginez si vous voulez embrasser le monde et essayer de gérer l’incontrôlable.

Mettez-vous dans la tête que tout n’est pas à votre portée ou ne dépend pas de vous, en particulier le comportement des autres.

Au lieu d’essayer de les changer ou de vous plaindre, concentrez-vous sur ce que vous pouvez contrôler, comme la façon dont vous choisissez de réagir aux problèmes.

Vous pouvez être sûr que votre esprit vous remerciera.

5. Respirez et faites des pauses

Si le travail est trop exigeant pour vous, n’ayez pas peur de vous reposer. Commes déjà dit, faites des pauses et respirez profondément.

Prenez quelques minutes pour vous lever et aller à la cuisine prendre un café, vous dégourdir les jambes, échanger des idées avec vos collègues. Quittez votre chambre un moment et donnez-vous le temps de réfléchir.

La façon dont vous inspirez et expirez peut même vous aider en ce période  aigu – lisez ce qui concerne la pleine conscience, vous aimerez ça.

Pour soulager ce mauvais sentiment, mettez-vous à l’aise, fermez les yeux et inhalez pendant cinq secondes. Maintenez l’air dans vos poumons et expirez par le nez, en comptant jusqu’à dix.

Répétez la séquence cinq fois.

Ce methode simple vous aidera à vous détendre, à combattre les symptômes de l’anxiété, à rétablir l’équilibre et à éliminer les toxines de votre corps.

Tout cela vous aide à retourner au travail avec un esprit plus léger, en ayant plus de possibilités de développer vos activités de manière satisfaisante.

6. Décidez et ne reportez pas

Ensuite, dans la mesure du possible, essayez de résoudre vos problèmes le plus rapidement possible.

Mais ne le prenez pas pour de l’impulsivité.

Bien sûr, il existe des situations dans lesquelles il faut bien réfléchir avant de définir ce qu’il faut faire, en mesurer les conséquences, mais la procrastination n’est pas non plus la bonne décision.

Ce n’est pas parce que le délai est loin d’être dépassé qu’il faut le reporter à plus tard.

Plus vite les tâches sont résolues, plus vite le sentiment d’anxiété disparaît.

7. Pensée positive

Il n’y a rien qui attire plus l’astral bas que les pensées négatives. Concentrez-vous sur la positivité et fuyez tout ce qui vous rabaisse.

Parfois, le pessimiste n’est même pas vous, mais ce collègue qui est assis à côté de vous et qui met un point d’honneur à souligner le pire de chaque situation ou personne.

Ne laissez pas cette énergie négative contaminer la bonne humeur et l’estime de soi qui font partie de vous.

8. Changement d’habitudes

Il est fréquent que les gens s’irritent et s’angoissent en voyant passer les années sans qu’ils puissent évoluer et aller plus loin dans leur carrière.

Cela vous arrive-t-il ?

Il est peut-être temps de sortir de la routine et de se réinventer. Plus besoin de faire toujours les mêmes choses si elles ne marchent pas.

Cherchez de nouvelles façons de rendre les activités quotidiennes plus agréables et invitant à la créativité.

La circulation vous stresse-t-elle sur le chemin du travail ? Si la distance n’est pas trop grande, changez de moyen de transport. Laissez la voiture dans le garage et partez à vélo. En plus d’être plus sain, l’environnement apprécie votre choix.

Essayez de réfléchir à chacune de vos habitudes et voyez ce que vous pouvez faire pour contrôler l’anxiété. Travaillez à rendre les moments de bien-être.

9. Cultiver les bonnes habitudes

Tout ce que vous faites n’est pas mauvais, c’est sûr.

Essayez donc de conserver ce que vous faites bien et, si possible, d’intensifier ces activités et ces caractéristiques.

Pour identifier vos forces et vos faiblesses, l’immersion dans un processus de connaissance de soi peut être un outil puissant.

Vous pouvez augmenter votre résistance en prenant soin de votre santé physique. Faites de l’exercice régulièrement – au moins 30 minutes, trois fois par semaine.

Préférez des repas équilibrés et nutritifs, mâchez lentement et évitez de faire d’autres choses en même temps.

Fuyez également les solutions magiques, comme l’automédication. Il peut permettre d’échapper facilement au stress, mais n’oubliez pas que le soulagement n’est que temporaire et palliatif, sans compter qu’il peut générer des effets secondaires.

Dormez suffisamment pour vous sentir reposé et prêt à reprendre la routine.

10. Toujours rester de bonne humeur

Le rire est le meilleur remède. Donc, la fantaisie. Riez !

La bonne humeur est un puissant antidote. Elle inclut la capacité à rire de soi-même.

Le rire aide votre corps à soulager la tension physique, ce qui entraîne la libération d’endorphines, renforce votre système immunitaire et améliore votre sentiment de bien-être général.

11. Relaxe

Prendre soin de soi est une nécessité, pas un luxe.

Prenez le temps de vous amuser et de vous détendre. Réalisez que vous serez en mesure de mieux gérer les difficultés.

Cela vaut la peine de faire une promenade, de prendre un bain chaud, d’allumer des bougies parfumées, de se faire masser, d’écouter une chanson, de chanter, de regarder un bon film, d’appeler un ami à qui on n’a pas parlé depuis longtemps. C’est le moment de recharger vos batteries.

Prenez un peu de temps et consacrez-vous à vous-même.

Essayez aussi de vous détendre l’esprit. Pas besoin de s’occuper de problèmes professionnels qui peuvent être résolus plus tard ou pendant la journée.

Ce temps de repos mérite d’être respecté.

Si les e-mails n’arrêtent pas d’arriver sur votre téléphone, désactivez le compte de l’appareil.

Lorsque vous êtes bien dans votre peau, tout est plus facile à contrôler et à affronter.

12. Être entouré d’amis

Prendre du temps pour soi est important, mais le partager avec ceux qui vous font du bien est également essentiel.

Essayez donc toujours d’avoir des gens positifs autour de vous, que ce soit avec des collègues au travail ou dans votre vie personnelle.

Avoir quelqu’un à qui parler et se sentir soutenu peut aider à diminuer la tension et à voir une issue aux problèmes.

Demander de l’aide est un signe de force, ainsi qu’un moyen de revenir plus rapidement à l’état d’équilibre.

13. Rechercher une aide professionnelle

Parfois, une seule épaule n’est pas suffisante. Si vous vous trouvez dans un état d’anxiété plus avancé, assurez-vous de demander l’aide d’un expert.

Recherchez les indications de professionnels tels que les psychologues, les psychiatres et les psychanalystes.

Ils disposent des ressources, des connaissances et des techniques nécessaires pour vous aider à comprendre comment contenir l’anxiété.

Avec le soutien de ces personnes, vous avez la possibilité d’affronter le problème de front et de trouver des mécanismes de plus en plus efficaces pour faire face aux situations qui vous nuisent.

N’hésitez pas et n’ayez pas honte : vous êtes responsable de votre bien-être et devez en prendre soin.

Partez à la recherche des moments de bonheur que vous avez perdus à cause des situations de stress que vous vivez dans votre environnement professionnel.

Comment le coaching peut-il m’aider à contrôler mon anxiété ?

Contrôler l’anxiété aussi en se connaissant soi-même et en comprenant les éléments déclencheurs de ce sentiment –  déjà parlé un peu tout au long de différents articles.

Ainsi, il est possible de faire travailler son esprit pour agir plus calmement dans les moments où l’affliction frappe.

C’est précisément pourquoi le coaching peut être un allié puissant dans cette trajectoire.

En développant des compétences telles que la connaissance et la maîtrise de soi, on trouve en soi les outils nécessaires pour affronter non seulement à l’anxiété, mais aussi à tous ces problèmes qui insistent pour apparaître dans les moments les plus difficiles.